Sélectionner une page

Arrêtez de « NE PLUS AVOIR PEUR »

Plus de lumière et moins de bruit : le blog qui parle stratégie, créativité et innovation sans bla bla

par | 24 Jan 2017

Si si, pas d’erreur de frappe, vous avez bien lu.
C’est sûr, à l’heure où tout le monde vous conseille de ne pas avoir peur de l’innovation, à ne pas craindre le changement,  ce message peut vous sembler quelque peu incongru.

Mais une fois encore, il faut savoir regarder les choses autrement.

Tenez, un exemple:
Vous vous êtes peut-être déjà retrouvé dans la situation suivante, voir vous êtes en plein dedans:

Vous devez absolument résoudre un problème, lancer un projet important, mais vous n’y arrivez pas.
Quelque chose vous en empêche, voire vous tétanise.

Selon vous, qu’est ce qui vous retient ?

 

  • Vous n’êtes pas sûr, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Vous avez peur de vous planter.
  • Vos clients, le marché, votre entourage … comment vont-ils réagir ? Vous craignez les critiques.
  • Vous ne vous sentez pas prêt, vous n’êtes même plus certain d’en avoir besoin. Vous doutez.
  • Un peu de tout ça
  • Autre chose …

En fait, peu importe, car quelque soit la raison, le résultat est là : vous n’avancez pas.

Pourtant, on n’arrête pas de vous le répèter : « Courage », « Vas-y », « N’aies pas peur ».
Même le web s’y met, et fourmille d’articles sur la peur de l’innovation et de modes d’emploi pour vous aider à gagner en confiance et lever vos freins au changement.

Bref, tout le monde vous pousse et à vrai dire, vous n’avez pas tellement le choix.

Vous n’êtes ni un looser ni une chochotte … et vous allez la vaincre votre peur.

Bravo ! Sauf que :

Vaincre la peur n’est pas votre objectif

 

 

La peur n’est qu’un obstacle

Et toute l’énergie et les moyens que vous allez déployer pour ne plus avoir peur, vous ne les mettrez pas au service de votre projet ou pour faire avancer votre entreprise. Vous aurez perdu du temps.

Oui, oui, je sais ce que vous allez dire :

 

« C’est reculer pour mieux sauter »

C’est sûr, vous vous sentirez sans doute bien mieux préparé et mieux armé.

Et après tout, on est jamais trop vigilant n’est-ce pas ?

Cet adage est particulièrement vrai  dans le monde de l’entreprise, qui vous incite constamment à rester attentif … aux besoins, aux tendances, aux résultats, aux classements … etc.

Alors, vous êtes prudent :

  • Vous tenez au courant de tout. Vous ne voulez rater aucune occasion, aucune opportunité.
    D’ailleurs vous essayez plein de choses …  Ce serait tellement bête de passer à côté.
  • Ou bien vous analysez la moindre évolution du marché . Vous scrutez la concurrence. Au besoin, Vous ripostez immédiatement … hors de question de ne pas être remarqué ou évincé.

Sinon, dans le monde de l’entreprise, on vous encourage aussi beaucoup à soigner vos relations et votre communication. Que ce soit avec vos clients, vos équipes, vos partenaires …

Du coup :

  • Vous préférez éviter tout ce qui pourrait s’avérer source de conflit. Vous privilégez le consensus.
    Vous hésitez à vous aventurer sur de nouveaux territoires, à exprimer un point de vue divergent.
  • Pour vous le client est roi, les concurrents sont des ennemis. Du coup, vous vous protégez. Contrats, CGV… On ne sait jamais, les relations commerciales tournent souvent au bras de fer. 

Petit à petit, de mésaventures en mésaventures, vous devenez méfiant.

Alors oui, c’est mieux que rien. Vous vous bougez, vous avancez.
Beaucoup vous féliciteront d’avoir su transformer ainsi votre peur en quelque de positif.

Pas moi.

Vous n’avez pas peur certes, mais vous êtes encore guidé par la peur.

Plutôt qu’ être créatif et innovant, vous êtes en réaction.
Au lieu d’être le leader, celui qui insuffle, qui entraîne, vous suivez le mouvement.
Vous n’écoutez pas vraiment votre intution ou vos envies … Pire vous vous censurez.

 

Être guidé par la peur vous limite

 

 

Au final, au lieu de réaliser votre rêve d’entreprise, vous gaspillez de l’énergie à éviter vos cauchemars.
Et vous vous éloignez de votre objectif.

 

Alors où est le problème ?

Rappelez vous votre dilemme de départ : « Avoir peur » ou « ne pas avoir peur ».

Si vous restez dans la peur, vous n’avancerez pas.
Essayez de la vaincre ou la transformer, vous n’avancerez pas tellement plus.

Dans les deux cas vous faites un mauvais choix.

La peur c’est une colline.

Face à elle, vous pouvez stopper votre route, faire demi-tour et tant pis.
Ou bien attaquer la roche à coup de pioche, et finir par y passer votre vie.

Sinon vous pouvez choisir d’autres options :

– explorer d’autres possibilités, et revéler d’autres sentiers encore plus intéressants.
– essayer d’escalader et vous découvrir une passion pour la randonnée et des talents de grimpeur.

Il y a plein de possibilités.

 

Soyez curieux

 

Ne vous laissez pas enfermer dans une seule perspective.

Si la colline vous gache la vue, pensez plus grand, plus loin.
Continuez de rêvez à tout ce qui vous attend de l’autre côté.

Laissez la curiosité et l’envie vous mener, pas la peur.

Et profitez du voyage.

 

 

Célia

Shares
Share This